dunnettreader + petrarch   10

Michel Brix - Balzac et l'héritage de Rabelais - Cairn.info 2002 Revue d'Histoire Littéraire de la France
L’article définit la Renaissance comme le théâtre de l’affrontement entre deux courants intellectuels, initiés par le recul de l’Église romaine, laquelle ne règne plus, au XVIe siècle, de façon omnipotente sur les consciences. L’humanisme pétrarquisant, ou ficinien, s’engage sur la voie du Ciel, enfin dégagée, et propose à l’homme de se diviniser dès sa vie terrestre. À l’opposé des conceptions ficiniennes, l’œuvre de Rabelais exploite le recul de l’Église pour poser la question du bonheur terrestre et pour inviter les individus à se réconcilier avec l’existence quotidienne. Ces deux « humanismes » s’affrontent toujours au XIXe siècle : héritier de Rabelais, Balzac blâme les diverses manifestations du règne absolu de l’esprit, tandis que les romantiques hugoliens s’inscrivent dans la filiation des poètes et penseurs pétrarquisants du XVIe siècle. - downloaded via iPhone to DBOX
Renaissance  Romanticism  19thC  article  Neoplatonism  transcendence  Rabelais  French_lit  Ficino  16thC  Balzac  Petrarch  literary_history  humanism  downloaded 
march 2016 by dunnettreader
John Sellars - Augustine and The Stoic Tradition (2013) | Academia.edu
Publication Name: K. Pollmann et al., eds, The Oxford Guide to the Historical Reception of Augustine, 3 vols (Oxford: Oxford University Press, 2013), vol. 3, 1775-79 -- Keywords: Stoicism, Petrarch, Augustine, Blaise Pascal, Malebranche, and 3 more -- downloaded pdf to Note
chapter  Academia.edu  intellectual_history  religious_history  Augustine  Stoicism  Abelard  Renaissance  Petrarch  Pascal  Malebranche  Neostoicism  Justus_Lipsius  16thC  17thC  downloaded 
november 2015 by dunnettreader
Francisco Rico - Pétrarque au partage de midi | Italique, VII, 2004, 9-26
Italique [En ligne], VII | 2004, mis en ligne le 05 octobre 2009, DOI : 10.4000/italique.124. **--** dans voi ch’ascoltate comme en bien des endroits de l’œuvre de Pétrarque – qu’il s’agisse de prose ou de vers, de latin ou de langue vulgaire –, «errore» constitue à peu de choses près un terme technique emprunté à la tradition stoïcienne pour désigner la falsa opinio qui trouble la vision du commun des mortels, alimente les « speranze », le « dolore » et les autres affectus ou perturbationes animi, provoque la désagrégation de l’esprit en « pensieri » aussi « sparsi » que les rimes venant les refléter. De toute évidence, Pétrarque apparaît ici comme un « altr’ uom » : il n’est plus ce qu’il était autrefois, il arbore désormais l’air grave du sage stoïcien et n’hésite pas à dénoncer les poèmes du canzoniere comme autant de rerum vulgarium fragmenta dans leur fond et dans leur forme, comme de vulgaires morceaux dignes du « popol » ignorant. Il ne s’agit pas ici d’une simple fiction plus ou moins placée sous le signe des précédents bien connus offerts par la littérature latine et les troubadours : à plusieurs reprises, l’illustre Italien dont nous commémorons le septième centenaire a voulu se convertir en « altr’ uom » et y est parvenu. -- J’aimerais attirer un instant votre attention sur un des moments décisifs de cette trajectoire passionnée et émouvante : ce moment du partage de midi où, à la croisée des chemins, déjà à l’âge mûr, Pétrarque résout les incertitudes qui l’avaient hanté durant ses longues années de formation et s’engage d’un pas ferme sur la voie qui le conduira à son plein épanouissement, à la fois en tant qu’écrivain et en tant qu’homme. -- downloaded pdf to Note
article  revues.org  literary_history  intellectual_history  religious_history  14thC  Italy  Renaissance  humanism  Italian_lit  Petrarch  poetry  poetics  Stoicism  epistemology  epistemology-moral  perception  moral_philosophy  theology  self-examination  self-fashioning  downloaded  EF-add 
september 2014 by dunnettreader
Lina Bolzoni - Les Asolani de Pietro Bembo, ou le double portrait de l’amour | Italique, IX, 2006, p. 9-27
Italique [En ligne], IX | 2006, mis en ligne le 29 mai 2009, DOI : 10.4000/italique.103. **--** Les Asolani réalisent en outre une synthèse complexe de traditions et de modèles différents, littéraires et philosophiques, anciens et modernes, latins et en langue vulgaire. Ainsi la tradition du dialogue latin, classique et humaniste, est réécrite en vulgaire et utilisée également comme cadre et comme commentaire à un choix de poésies ; si le cadre narratif renvoie à son tour au Décaméron, le choix de poésies s’inspire de plus en plus du Pétrarque du Canzoniere. Différentes traditions philosophiques – en particulier la réflexion moderne sur l’amour des néoplatoniciens florentins – sont utilisées pour donner une nouvelle dignité théorique à la tradition lyrique en vulgaire et en même temps pour réaliser une difficile réconciliation entre vie et littérature, entre autobiographie et création d’un modèle idéal. La célébrité des asolani n’est pas seulement italienne : une traduction française, par Jean Martin, est publiée à Paris en 1545 et elle sera réimprimée plusieurs fois au cours du XVIe siècle.En outre, il ne faut pas oublier que Bembo est le protagoniste du dernier livre du cortegiano grâce justement à l’autorité dont il jouissait pour avoir écrit les asolani ; la célébrité européenne du cortegiano contribue à amplifier aussi la renommée de notre texte. -- downloaded pdf to Note
article  revues.org  literary_history  cultural_history  intellectual_history  Italy  Venice  France  Italian_lit  14thC  15thC  16thC  Bembo  Petrarch  Dante  Boccaccio  poetry  poetics  prose  style  style-philosophy  elite_culture  Renaissance  courtiers  sprezaturra  love  humanism  Neoplatonism  moral_philosophy  reception  vernacular  neo-Latin  dialogue  publishing  manners  gentleman  otium  downloaded  EF-add 
september 2014 by dunnettreader
Jean Balsamo - « Qual l’alto Ægeo... » : Montaigne et l’essai des poètes italiens | Italique, XI, 2008, p.109-129.
Italique [En ligne], XI | 2008, mis en ligne le 01 février 2012, DOI : 10.4000/italique.213. **--** La poésie est l’expression privilégiée de l’émotion pour Montaigne.1Il cite tout au long des Essais d’innombrables vers, par lesquels il exprime tout ce que sa prose ne peut dire. Ces citations contribuent à un effet d’hétérogénéité stylistique et linguistique, qui définit l’originalité même du livre, dans le cadre d’une « rhétorique des citations » et d’une esthétique de la surprise et de la varietas. Ces vers sont en latin pour la plupart d’entre eux, constituant une véritable anthologie, d’Ovide et de Virgile, cités dès le chapitre 2 du premier livre, à Horace, qui conclut le dernier chapitre du livre III. Montaigne cite également 70 vers de poètes italiens. Ces fragments en langue italienne sont plus importants que les vers français, si l’on excepte, dans les trois premières éditions, le recueil des 29 sonnets d’Etienne de La Boétie, qui constitue à lui seul la matière d’un chapitre dédié à la comtesse de Guiche. La langue italienne, sous le règne de Henri III, était un signe de distinction. De tels vers étaient l’expression ostentatoire d’une culture mondaine, que le livre partageait avec ses lecteurs, dames et gentilshommes dont Montaigne voulait être le pédagogue sans pédantisme. -- downloaded pdf to Note
article  revues.org  French_lit  Italian_lit  Latin_lit  literary_history  intellectual_history  cultural_history  Renaissance  poetry  poetics  vernacular  epic  epigrammes  prose  style-philosophy  Montaigne  intertextual  influence-literary  elite_culture  Petrarch  Ariosto  Dante  Virgil  Tasso  Lucretius  Seneca  Pléiade  downloaded  EF-add 
september 2014 by dunnettreader
Volker Kapp - Les Exempla dans les Triumphi et la culture oratoire de Pétrarque | Italique, XII, 2009, p. 9-31.
Italique [En ligne], XII | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012 - DOI : 10.4000/italique.220 *--* Les réserves des lecteurs du XXIe siècle contrastent avec le succès fulminant des Triumphi au Quattrocento dans les domaines littéraire et artistique. Le nombre élevé de manuscrits, ... confirme la haute estime dont ils jouirent pendant la Renaissance...pour ne pas parler des tableaux consacrés au thème du triomphe et influencés, plus ou moins, par Pétrarque. Pour expliquer ce changement surprenant des paramè­tres de la réception, on peut invoquer les divergences qui nous séparent de la civilisation humaniste.-- Et n’est-il pas légitime de renvoyer à la rhétorique qui caractérise l’humanisme européen précisément depuis Pétrarque dont on connaît l’ambition de se détacher par-là de la littérature et de la philosophie médiévales ? ...Nous proposons d’analyser cette problématique en insistant sur la figure rhétorique de l’exemplum. Afin de saisir l’impact de ce procédé à l’intérieur de la culture oratoire de Pétrarque, il faudra identifier quelques figures dans cette poésie, situer celle-ci parmi les formes du discours et évaluer ce qu’on a qualifié de « passion archéologique » de notre auteur, passion, dont relèvent les exempla tant dans son œuvre historique que dans les Triumphi. -- montrer que les exempla servent à mettre en scène le théâtre de la mémoire dans lequel le 'je' lyrique explore les présupposées et les enjeux de son éloge lyrique de Laure. Toute réflexion sur la rhétorique de Pétrarque doit partir de l’affinité entre l’art oratoire et la philosophie morale qu’il ne cesse de postuler. Cette convic­tion qu’il tire de Cicéron marque le dialogue intitulé De eloquentia du De remediis utriusque fortune. -- downloaded pdf to Note
article  revues.org  Italian_lit  14thC  15thC  Petrarch  poetics  neo-Latin  rhetoric  rhetoric-writing  humanism  Renaissance  Cicero  moral_philosophy  exempla  oratory  self-examination  reception  rhetoric-moral_basis  eloquence  Quintillian  literary_history  cultural_history  intellectual_history  downloaded  EF-add 
september 2014 by dunnettreader
Thomas Hunkeler - Dante à Lyon : des « rime petrose » aux « durs épigrammes » | Italique IX, 2008, p. 9-27
Journal - Italique: poèsie italienne de la Renaissance -- Dante traverse le seizième siècle français de façon spectrale, à l’ombre quasi totale de son plus célèbre confrère et compatriote Pétrarque. Au succès de ce dernier semble répondre négativement ce qu’Arturo Farinelli a appelé, de façon certes un peu schématique, la sfortuna di dante : l’infortune de Dante en France.En effet, l’écart entre ces deux couronnes d’Italie ne cessera de se creuser : tandis que le poète du canzoniere est en passe de donner naissance à une dynamique véritablement européenne, Dante au contraire se trouve relégué, et cela pour de longues années encore, dans la préhistoire poussiéreuse de la seule littérature italienne. Aux yeux des poètes de la Pléiade, Du Bellay et Ronsard en tête, Dante doit être écarté des modèles à imiter ; précisément, pourrait-on dire, parce que son œuvre, et peut-être surtout la divine comédie, paraissent inimitables et inassimilables. Le canzoniere de Pétrarque, en revanche, semble se prêter à merveille à des usages visant en fin de compte l’appropriation de sa substance et de son prestige, et la transformation de ce qui paraît étrange ou étranger en un corpus de référence désormais maîtrisé. Dans la grande entreprise de défense et illustration de la culture française engagée par la Pléiade, Dante ne peut pas avoir de place puisque son œuvre résiste, contrairement à celle de Pétrarque, à toute forme de translatio – même lorsqu’elle est traduite. Mais ce qui est vrai pour la France en général ne l’est pas forcément pour Lyon -- downloaded pdf to Note
article  revues.org  French_lit  16thC  Renaissance  Italian_lit  Dante  Petrarch  imitation  Pléiade  poetry  poetics  cultural_change  cultural_authority  cultural_history  French_language  vernacular  literary_history  literary_language  elite_culture  high_culture  downloaded  EF-add 
september 2014 by dunnettreader
AHR Forum - Hans Baron's Renaissance Humanism - JSTOR: The American Historical Review, Vol. 101, No. 1, Feb., 1996
Articles -- Introduction: Hans Baron's Renaissance Humanism (pp. 107-109)  Ronald Witt -**- The Crisis after Forty Years (pp. 110-118)  Ronald Witt -**- Baron's Machiavelli and Renaissance Republicanism (pp. 119-129)  John M. Najemy -**- The Historical Petrarch (pp. 130-141)  Craig Kallendorf -**- Hans Baron's Renaissance Humanism: A Comment (pp. 142-144)  Werner Gundersheimer
article  jstor  intellectual_history  historiography  political_philosophy  humanism  Renaissance  14thC  15thC  16thC  Italy  Petrarch  Machiavelli  republicanism  city_states  political_culture  cultural_history  EF-add 
september 2013 by dunnettreader
Peter Stacey: The Sovereign Person in Senecan Political Theory | Republics of Letters (Stanford): 2011
Citation: Stacey, Peter. “The Sovereign Person in Senecan Political Theory.” Republics of Letters: A Journal for the Study of Knowledge, Politics, and the Arts 2, no. 2 (June 1, 2011): http://rofl.stanford.edu/node/98......Downloaded pdf to Note.......

After observing how the allegorical terms of the relationship between the prince andFortuna are established in resoundingly Senecan terms in Petrarch’s moral and political thought, I turn to investigate how the account subsequently becomes even more embroidered by Florentine humanists....... One aspect of Machiavelli’s assault on the prevailing contentions of the ideology of the Renaissance prince is a systematic and highly subversive reorganization of a set of concepts with which it had become conventional to map out the terms of that relationship. An integral part of this work is the brilliant reconfiguration of the Petrarchan—and ultimately Senecan—imagery with which the traditional relationship had been portrayed;
article  political_philosophy  intellectual_history  antiquity  Roman_Empire  Roman_law  Seneca  Stoicism  mirror_for_princes  Italy  Renaissance  Petrarch  humanism  Machiavelli  Bodin  sovereignty  15thC  16thC  downloaded  EF-add 
august 2013 by dunnettreader

related tags

14thC  15thC  16thC  17thC  19thC  Abelard  Academia.edu  antiquity  Ariosto  article  Augustine  Balzac  Bembo  Boccaccio  Bodin  chapter  Cicero  city_states  courtiers  cultural_authority  cultural_change  cultural_history  Dante  dialogue  downloaded  Early_Christian  EF-add  elite_culture  eloquence  epic  epigrammes  epistemology  epistemology-moral  exempla  Ficino  France  French_language  French_lit  gentleman  high_culture  historiography  humanism  imagination  imitation  influence-literary  intellectual_history  intertextual  Italian_lit  Italy  jstor  Justus_Lipsius  Latin_lit  literary_history  literary_language  lit_crit  love  Lucretius  Machiavelli  Malebranche  manners  mirror_for_princes  Montaigne  moral_philosophy  neo-Latin  Neoplatonism  Neostoicism  oratory  otium  Pascal  perception  Petrarch  Pléiade  poetics  poetry  political_culture  political_philosophy  prose  publishing  Quintillian  Rabelais  reader_response  reading  reception  religious_history  Renaissance  republicanism  revues.org  rhetoric  rhetoric-moral_basis  rhetoric-writing  Romanticism  Roman_Empire  Roman_law  self-examination  self-fashioning  Seneca  sovereignty  sprezaturra  Stoicism  style  style-philosophy  Tasso  theology  transcendence  Venice  vernacular  Virgil 

Copy this bookmark:



description:


tags: